Actualités

711, 2017
 

Investigation sur le marché de la Promotion Immobilière Collaborative


La notion de Promotion immobilière collaborative se définit comme un montage où les futurs propriétaires collaborent à la réflexion, la conception et la définition de leurs logements privatifs ainsi que leurs espaces communs. Cette démarche en plein essor en France peut être traduite dans sa réalisation sous différentes déclinaisons : habitat participatif, habitat coopératif, autopromotion, projet porté par un maître d’ouvrage social ou un promoteur immobilier engagé dans une démarche de co-conception avec les futurs habitants.

La promotion immobilière collaborative est porteuse d’une dynamique nouvelle dans la production de logements : désir d’implication des habitants, immobilier sur-mesure, création de liens sociaux, qualité architecturale et environnementale, intégration urbaine des projets, solutions pour les ménages ayant des difficultés à accéder à la propriété ou pour les personnes en perte d’autonomie. Boosté par la digitalisation du secteur (ex : l’Open Promoter Platform, HabX, simulateurs de co-conception,…) et un cadre légal favorable (loi ALUR), l’immobilier collaboratif et participatif inverse le processus de commercialisation des logements neufs «clés en main» et définit les nouveaux contours d’une promotion immobilière plus ouverte.

Cette étude propose aux acteurs du marché de l’immobilier résidentiel de mieux connaître cette évolution de la demande et ainsi mieux s’y préparer : quelle est la taille de ce marché potentiel (et de ses différents segments : type de projet, type de logement et de localisation, type d’architecture,…) ? Quels sont les différents profils de clients potentiels (profil sociodémographique, appétence pour l’immobilier collaboratif et participatif,…) ? Quelles sont les attentes en matière d’habitat participatif (logement, espaces mutualisés, réalisations écologiques et environnementales, outils participatifs physiques ou en ligne,…) ? Quels argumentaires marketing (quels sont les insights, les motivations, les freins,…), quels outils (quels canaux de communication) et quelle stratégie communication déployer auprès de chacune des cibles ?
Une étude pour :

  • Les acteurs de la promotion : la promotion collaborative n’est pas sans avantages sur le plan opérationnel. Elle procure une pré-commercialisation significative, pousse à l’innovation et génère une image valorisante capable de rejaillir sur l’ensemble de l’opération.
  • Les acteurs de l’aménagement : l’immobilier collaboratif est un marqueur urbain et social pour un quartier. Que la démarche soit imposée, qu’il s’agisse d’une option ou une opportunité pour se distinguer des autres candidats, les aménageurs ont certainement un intérêt à se familiariser avec cette innovation sociale.
  • Les acteurs de l’autopromotion : Au-delà des 220 projets «citoyens» actuellement en gestation, l’ «habitat participatif» ou co-habitat est susceptible de séduire un plus grand nombre de familles souhaitant décider elles-mêmes de leur mode de vie. Encore faut-il comprendre cette demande très hétérogène et bien souvent à convaincre avec une communication adaptée.

L’étude est en cours de réalisation, elle sera disponible en janvier 2018