« Thought-terminating cliché»

Le thought-terminating cliché est une technique très commode pour imposer une opinion, notamment dans le monde professionnel.

Thought-terminating cliché peut être traduit par : poncif mettant fin à la discussion.

Il s’agit d’une technique de gestion (ou de manipulation) de groupe consistant à interrompre un débat par un aphorisme qui clôt toute controverse.

cliché

3 exemples dans le monde de l’entreprise :

  1. Pour arrêter une discussion sur les négociations d’un salaire ou de conditions de paiement d’une BU à une autre : « Il n’y a pas marqué banquier sur la porte en bas ».
  1. Pour faire taire ceux qui considèrent qu’accumuler les tableaux Excel n’a jamais développé le business : « Avec un budget, on n’est pas sûr d’y arriver, mais sans budget on est certain de ne jamais y parvenir ».
  1. Pour écarter ceux qui hésitent devant une politique de développement externe hasardeuse : « Dans notre métier, si tu ne progresses pas tu meurs ».

Chaque fois, le principe consiste à convoquer une vérité consensuelle, à laquelle on ne saurait s’opposer sans passer pour un imbécile, et à l’appliquer de façon détournée au sujet traité.

Malhonnêteté intellectuelle évidente utilisée encore par certains pour coincer l’interlocuteur. L’effet est garanti à court terme.

Le thought-terminating cliché peut-être efficace et utilisé pour contrer des arguties.

Il peut être utilisé aussi à dessein pour imposer sa décision sans convaincre. Ces « imperceptibles impolitesses de comportement » entrainent alors bien souvent pour le coup d’après, un raidissement des échanges. Et par conséquent l’effet inverse de celui escompté.

Merci à oomark.com